Accueil
NEWSLETTER  Inscription
Rechercher : dans Devenir Fan sur facebook Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Viadeo Suivez-nous sur LinkedIn RSS
http://www.viadeo.com http://www.iomegafrance.com/emailing/2012-03-05CD/ http://www.tritux.com/ https://www.facebook.com/ASUS.Tunisie http://www.structura-tunisie.com http://www.tunisietelecom.tn/
Le Journal

Tunisie - Internet : une censure infructueuse et onéreuse

mer..20.07.11
Sommée par le tribunal de grande instance de Tunis de filtrer les sites pornos en date du 26 mai dernier, suite à une plainte en référé déposée par trois avocats,  l’Agence tunisienne d’internet (ATI) refuse de renouer avec un passé récent peu glorieux.

En vain, puisque son recours, demandant la suspension du jugement, a été rejeté  le 13 juin. Mais l’affaire est loin d’être finie puisqu’un jugement sur le fond de l’affaire est en cours, lequel, prévu initialement pour le 4 juillet à été reporté à deux reprises, au 18 juillet puis au 4 août.

Cependant, et au-delà de l’aspect juridique, et même éthique, de l’affaire, ce sont plutôt les retombées financières de cette opération de filtrage aux coûts exorbitants et qui semble inutile quand on connaît les différentes astuces auxquelles peuvent recourir les internautes pour contourner la censure, les proxys aidant, et que même la répression du régime déchu n’a pu contrecarrer.

En effet, les conclusions d’une étude technique élaborée par un groupe d’experts indépendants sont tombées comme un couperet. « Non seulement l’efficacité d’une telle mesure est loin d’être prouvée mais le cout engendré par la mise en place d’un tel filtrage est estimé pour les cinq prochaines années entre 72 et 79 millions de dinars (selon la solution utilisée) ».

Autant dire que ce sera de l’argent jeté par la fenêtre et qui pourrait servir à d’autres fins bien plus utile en cette période délicate que traverse le pays. La plis sévére des censures ne pouvant pas empêcher les plus malin de surfer librement sur la totalité du web, et cela a été prouvé par le passé et partout dans lme monde.

Reste à espérer que le tribunal fasse preuve de réalisme et de pragmatisme en évitant au contribuable de subir des charges supplémentaires complètement inutiles.

Pour rappel, le groupe d’expert est composé de cinq membres, dont quatre sont certifiés par l’Agence Nationale de la Sécurité Informatique ; Aos Aouini, Mohamed Karim Aroua, Mohamed Ridha Cebbi et Dhamir Manaï, et un autre par les Tribunaux, Bel Gacem Ayachi.

C.O.


Articles de même catégorie

Ajouter aux Favoris Tunisia IT: Page de démarrage Qui-sommes-nous? Contactez-nous Contactez-nous Publicité